Caisse de prévoyance - Un compromis tout juste acceptable

Communiqué de presse                                             
Fribourg, le 25 septembre 2019

Le PLRF a pris connaissance du choix du Conseil d’Etat sur le plan de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat. A notre sens, ce projet est tout juste acceptable et nous le défendrons, pour autant que le coût à charge de l’employeur ne soit pas plus important. Le PLRF rappelle également que si le projet échoue devant le peuple, la CPPEF devra prendre des mesures avec de lourdes conséquences sur le personnel.

    Le PLRF estime que la variante retenue par le Conseil d’Etat est un bon compromis, répartissant de manière juste et équitable le financement de la caisse de prévoyance de l’Etat, même si l’effort à fournir est légèrement en défaveur de l’Etat. Le PLRF salue particulièrement la répartition paritaire de la hausse des cotisations et la possibilité donnée aux collaborateurs de choisir un plan dans le régime de pension, chacun ayant ainsi la possibilité d’améliorer ses conditions de retraite.

    Si le PLRF s’était exprimé en faveur de la mise en place de mesures transitoires à partir de 50 ans, il peut se rallier à la mise en place de celles-ci dès 45 ans, ainsi qu’au 380 millions de francs qu’il en coûtera à l’Etat. Le passage à la primauté des cotisations nous semble en effet essentiel, par soucis d’égalité de traitement avec les salariés de la plupart des autres cantons et du privé, et peut justifier ce sacrifice. Nous soutiendrons donc la proposition du Conseil d’Etat lors du référendum financier obligatoire, pour autant que celle-ci ne soit pas modifiée en défaveur de l’employeur. La PLRF rappelle enfin que la situation saine des comptes cantonaux, pour laquelle il s’engage depuis de nombreuses années, permet d’assurer sereinement le financement de ces mesures.

    Contacts :

    • Claude Brodard, député : 079 420 16 72
    • Nadine Gobet, députée : 079 418 46 27
    • Savio Michellod, secrétaire général PLRF : 079 793 48 65